Koi d'Azur au Japon - Automne 2018

Un an est déjà passé et il est temps de retourner au Japon pour faire notre nouvelle sélection de Kois d’Automne.

À cette époque on achète surtout des Kois agées de 2 et 3 ans (Nisai ou Sansai).

Après 12 heures d’avion et 4 heures de taxi, nous voilà à Ojiya.
Je ne peux pas m’endormir le premier jour sans avoir vu quelques Kois, le voyage est trop long pour que je ne puisse pas visiter un ou deux éleveurs avant d’aller me coucher.

Ce sera une visite éclair, mais une visite tout de même, chez les frères Yagenji, puis juste pour nous en mettre plein les yeux chez Maruhiro et son fabuleux bassin rond où nagent de somptueuses Kois XXL.

Fabrice Ré - Koï d'Azur

1er Jour

Pour cette première journée, on attaque fort chez Suda avec deux splendides Showa et une magnifique Sansai Ginrin Yamabuki de 65cms.

•Plus de photos ›


Puis petit passage chez Marusaka pour contrôler un nouvel arrivage.
Mais c’est chez Shinoda que la journée va se clôturer par l’acquisition d’une superbe Sansai Kujaku. Et oui Kujaku, une première pour moi d’acheter cette variété chez cet éleveur qui est plutôt connu pour ses Doistu et Hi Utsuri, mais vu la qualité de ses Kois le futur devrait être prometteur !

• Plus de photos ›


Comme souvent nous finissons la journée chez Maruhiro, à notre grande surprise Kentaro Sakai est là. Il a fait le déplacement depuis le sud du Japon avec un de ses clients pour acheter des Kois à Niigata.
J’en profite pour sélectionner un mix de 5 Nisai chez cet éleveur que j’affectionne

• Plus de photos ›

2eme Jour

Nous attaquons comme d’habitude plusieurs visites flash afin de contrôler les arrivages de chacun, ce sera donc Otsuka, Mano et un nouveau pour moi Himitsu où je sélectionne trois superbes Kohaku et un Girin Karashi, ainsi que trois rares Kumonriu et trois Yamatonishiki.

• Plus de photos ›


Pour la pause déjeuner nous avons la chance de visiter le Koi Show de Nagaoka. Il fait beau et c’est un régal de balader au milieu des bowls et de tous ces beaux Kois primés

• Plus de photos ›


Nous finirons la journée en beauté chez Dainichi avec une sélection de cinq superbes Nisai bodybuldés. C’est un régal de voir nager des Nisai atteignant parfois les 60 cms chez cet éleveur

•Plus de photos ›

3eme Jour

Comme d’habitude nous commençons par un passage flash chez Torazo, Kawakami et Shinoda. Chez ce dernier nous assistons à la rentrée de certains de ses magnifiques Jumbo séance photo et mesure de chaque pièce pour ses clients.

• Plus de photos ›


Puis nous arrivons chez Hiroi, à notre grande surprise Narita est en train de sélectionner parmi les plus beaux Sansai tout juste récoltés.
Nous avons de bons rapports avec Ryuki, grâce à Kim. Il nous laisse filmer et prendre des photos de toutes les beautés qu’il vient d’acheter.

• Plus de photos ›


Nous nous rendons chez Kataoka, je n’étais pas venu avec l’intention d’acheter car je n’avais pas besoin cette année en Asagi, mais mon œil se dirigea très vite vers un bac où nageait un croisement entre un Karashi et un Asagi, appelé Mezurashi Asagi.
Je fais très vite une sélection de trois ou quatre et je choisis la plus belle femelle de deux ans.

• Plus de photos ›


Après une visite rapide chez Shinoda pour contrôler les Doitsu Nisai tout juste rentrés, nous nous rendons chez Hosokai où je sélectionne six Nisai et je craque une fois de plus pour un Sansai Very High Quality Kin Showa.
Un poisson qui a déjà le potentiel pour participer à un Koi Show

• Plus de photos ›

4eme Jour

La matinée commence bien avec une visite chez Aoki en pleine séance photo de ses plus beaux Tosai destinés au futur Koi Show.
J’en profite pour acheter trois belles femelles Nisai.

• Plus de photos ›


Après un appel de Kim, nous nous rendons chez Isa pour assister à une vente spéciale de ses plus beaux Nisai, nous sommes peu nombreux et bien sûre Riuky est là.

Le boss demande aux participants qui souhaitent acheter un Koi de lever la main, puis il distribue des petits bâtonnets numérotés à chacun pour donner l’ordre de la vente.
Bingo ! Kim est N°1 !
Nous sélectionnons donc trois superbes Showa dont une d’entre eux finira dans le Sud de la France

• Plus de photos ›


Après un déjeuner rapide je me rends seul avec Kim et Matcho chez Kawakami, l’éleveur nous attend. Il a sélectionné ses cinq plus belles Kois de 2 ans.
Kim me laisse choisir le premier une superbe femelle Goshiki.

• Plus de photos ›


Nous rejoignons ensuite le reste du groupe dans une autre serre de ce même éleveur pour y sélectionner trois autres Nisai

• Plus de photos ›


Petit passage chez Maruhiro pour assister à une récolte de Nisai, j’en sélectionne deux superbes.

• Plus de photos ›

5eme Jour

Ce matin la sélection commence chez Shinoda avec trois magnifiques Hi Ustsuri puis nous nous rendons de nouveau chez Isa afin d’assister à la rentrée de ses plus beaux Tancho Showa.
Mais je n’achète rien cette année.

Petit passage chez Dainichi où nous assistons au départ pour le Koi Show de la superbe Mona Lisa de 90 cms.
Nous terminons cette journée chez Marudoh pour voir la rentrée de ses Nisai, Sanke et Kohaku.

• Plus de photos ›

6eme Jour

Ce matin c’est Nogami qui nous attend, il a sélectionné pour nous ses plus beaux mâles Kohaku car le rapport qualité prix est très intéressant.
J’en sélectionne deux, ainsi qu’une belle femelle Inazuma, pour faire une boîte.

J’aime beaucoup sa maison et dans un bowl, je vois nager des centaines de crevettes Chikara. Il m’explique qu’ils en ont mis un trentaine dans un étang au printemps, et au moment de le vider, ils en ont récoltés trente milles. C’est une première pour eux.
Ils les font sécher, les mélangent avec du sel pour les déguster ensuite en apéritif.

Nous passons chez plusieurs éleveurs tous les jours pour vérifier les arrivages, mais ce jeudi nous finissons plus tôt car Matcho nous a comme tous les ans invité avec tous les éleveurs à une superbe soirée.

• Plus de photos ›

7eme Jour

Ce matin le réveil est difficile après cette belle fête, nous passons chez Marudoh pour contrôler les Chagois, les Ginrin Shagoi et les Doitsu Karashi, mais cette année je ne trouve pas ce que je cherche.

Nous allons chez Danichi pour acheter quelques présents. Futoshimano nous fait l’honneur de nous dédicacer plusieurs t-shirts ainsi que son très beau livre « Kokugyu, volume 3 » rédigé par Mamoru Kaodama

•Plus de photos ›


Nous finissons la journée chez Marusei et son fameux gymnase transformé en Kois House.

C’est le jour du départ pour Narita, nous quittons notre petit hôtel d’Ojya après une séance de remerciements et d’au revoir.

• Plus de photos ›


Matcho nous accorde quelques heures avant d’aller prendre le train pour visiter le Nogyosai Koi Show 2018.

• Plus de photos ›

8eme Jour

Après une dernière soirée et un bon repas avec tout les membres du groupe sauf Kim, qui est resté pour assister à une dernière vente aux enchères, il est temps de partir.
Mais pas avant d’avoir eu la chance pour Ivan, mon fidèle ami et accompagnateur, et pour moi de visiter le magnifique Narita San Par et son temple.

• Plus de photos ›

Fin de séjour

Retour pour Toulon les yeux remplis d’images merveilleuses, de Kois fantastiques, avec une sélection automne 2018 pour tous budgets, qui je l’espère vous permettra de trouver la Koi de vos rêves…

Arrigato,

Fabrice San

• Plus de photos ›

Koi d'Azur au Japon - Automne 2017

Après un été qui se prolonge dans le Var, il est temps pour moi de me rendre au Japon pour assister à la récolte dans les étangs de Niigata. Et oui, nous y faisons notre sélection de Kois de 2 ou 3 ans pour nos clients du sud de la France !


Le voyage est fatiguant mais, il en vaut la peine croyez-moi, sur place le choix est grand mais, il faut être les premiers après chaque Ikéage (vider un étang en japonais) pour avoir le meilleur choix.

Après 12 heures d’avion, 4 heures de train et un décalage horaire de plus de 7 heures, nous voilà sur place. Pas de temps à perdre, les valises posées, on nous récupère devant notre petit hôtel d'Ojiya et nous voilà repartis pour parcourir le Mushigame (région de Niigata).

Quel plaisir de retrouver ces montagnes du nord du Japon, je ne m’en lasse pas et me laisse guider de breeder en breeder (éleveur), de serre en serre à travers les Mudponds (étangs à kois).

Nous démarrons tous les matins vers 7H30, souvent on ne s’arrête pas manger le midi (à mon grand désespoir) et vers 17h00 nous retournons à l’hôtel.
Nous sommes toujours bien reçu par les breeders qui prennent toujours un grand plaisir à nous montrer leur récolte, et grâce à Kim et son expérience de 20 ans, nous dénichons de vrais merveilles.

Il nous faut être patients car quelques fois nous arrivons trop tôt et le breeder n’est pas encore de retour d’un ikéage mais dès que nous voyons apparaitre la petite camionnette blanche avec le bac bleu à l’arrière nous sommes récompensés et la sélection commence.
Le breeder fait d’abord son choix avec ses tategois (koi prometteur ou pas encore finis), les mâles, les femelles, les futurs géniteurs, puis c’est à notre tour de choisir.
Quelques fois nous sommes nombreux et on procède alors à un tirage au sort mais avec de la chance nous sommes souvent seuls et les premiers à choisir.

Selon les tailles, nous faisons des boites de 3 à 8 Kois. Il faut bien calculer pour amortir au mieux le coût du transport qui est très important sans pour autant que la santé des kois ne soit en jeu bien sur.

J’essaye toujours de choisir de beaux kois avec un avenir prometteur et dans des prix abordables. Mais, je dois me limiter car je ne peux pas tout acheter.
Le plus important est le "body" (la forme du corps doit être comme un obus), la qualité de la peau et le pattern (dessin ou forme des taches).

Les nuits sont courtes car une fois rentrés à l’hôtel, il faut trier les photos et vidéos, noter les achats du jour (surtout les prix), et essayer de vous faire vivre notre sélection et notre périple via Facebook.

Au quotidien, l’ambiance est très sympa dans notre minibus grâce aux compilations de notre DJ KIM. Nous allons d’éleveur en éleveur, repassons, revenons, et puis nous recevons un coup de fil et nous voilà sur place au meilleur moment.
Il faut tout de suite repérer les plus belles pièces, plus personne ne parle, et on se met à pêcher. Le prix est demandé et après un peu de négociation nous arrivons le plus souvent à nous entendre et tout le monde est content.
Mais, le travail n’est pas terminé pour autant : il faut encore faire de belles photos pour les deux parties. Un vrai travail de "Pro" : sans reflet grâce à un parapluie, sans bulles en surface grâce de l’alcool, et surtout avec un Koi bien droit, la tête en bas et les nageoires bien déployées.

C’est l’automne ici et les paysages sont magnifiques, une bonne partie des Mudponds sont vides mais, le travail n’est pas terminé pour autant. Les tosais sont rentrés en serre et chauffés pour l’hiver afin d’être nourris et de continuer leur croissance avant d’être remis dans les étangs de grossissement au printemps. Pour les kois plus âgés, l’éleveur les maintient à environ 12 degrés mais, plus de nourriture pendant presque 6 mois, la densité est telle que les filtres ne le supporteraient pas.

Une dernière superbe soirée organisée par Matcho (de la Oya koi farm) notre agent avec tout notre groupe et surtout plus de 25 breeders marque la fin de notre voyage.
Il est temps de rentrer et de quitter ce beau pays.
La neige sera bientôt là avec plusieurs mètres de hauteur, mais les kois seront bien au chaud dans les serres alors que les Mudponds vont être couverts de glace.

Découvrez les photos de notre sélection

Pour le détail de notre voyage, je vous laisse découvrir notre sélection avec nos photos qui je l’espère vous ferons un peu rêver et vous donnerons envie de nous visiter !

Il ne me reste plus qu’à préparer les bassins dans notre serre pour accueillir nos nouveaux pensionnaires pour leur quarantaine afin de pouvoir vous les présenter en pleine forme le plus rapidement possible.

Remerciements : à Kim, Matcho, Danny, Keita, et aux membres de mon groupe qui se reconnaitront...

• Voir notre sélection ›

Visite du 57e Koi Show de Niigata Nogyosai

Samedi 28 et Dimanche 29 Octobre 2017 au Gymnase de la ville d'Ojiya, préfecture de Niigata au Japon !

• Voir les photos ›

Koi d'Azur se dévoile

Chers passionnés,
Véritable varois, j’espère aider les passionnés en leur donnant la possibilité de trouver des produits de qualité sans faire des heures de route !

Mes parents m’ont offert pour mon 10ème noël un aquarium de 70L. J'ai commencé par des vivipares, conseillé par le garde municipal de mon village, C Cigalon. C'est lui qui m'a fait connaitre l’association de la Valette où je fis de belles rencontres… et où j’appris à construire mes premiers aquariums !
Puis ce fut ma rencontre avec mon voisin de quelques kilomètres très connu dans le monde des cichlidés : le Président de l’AFC : J-C Nourissat ! Un homme formidable, que je ne remercierai jamais assez pour tout ce qu'il m'a enseigné.
Après une pause avec des piranhas, je repris ma passion pour les cichlidés dont je fis l’élevage avec plus de 12 aquariums pour arrondir mes fins de mois d’étudiant.. Mais le plus clair de mon temps a toujours été consacré à mon jardin, mes animaux et surtout le bassin de mon grand-père !
De poissons rouges en autres shu bukins et comètes, arrivent mes premières koi apprivoisées aux moules cuites grâce à mon père, et dévorant mes premiers nénuphars. Si j’aime les poissons, j’adore aussi toutes les plantes aquatiques !
Perfectionniste, j’ai vite cherché à éclaircir mon eau et améliorer l’habitat de mes koi. C'est grâce aux conseils de M. Malinvaud, que j'achète mon premier filtre en pompage. Ce fut le début d'une grande passion pour ces poissons fabuleux et pour la technique de filtration que je n’ai sans cesse essayé d’améliorer.
Puis, j’ai rencontré mon ami Eric Gérard avec qui j’ai partagé de nombreux périples pour les koi, ainsi qu'Alain D’Orso : d’abord Koi Tropic à Montpelier pendant plusieurs années, la signature de Koi Kichi 2 chez Waddy, la Belgique grâce à Patrick, et évidemment notre premier voyage au Japon, il y’a un peu plus de 10 ans.
Après plusieurs Koi Shows, et d'autres voyages au Japon, je n’ai cessé d’agrandir le cercle de passionnés de koi qui m'entoure.
J’ai appris de mes rencontres et mes erreurs, et décidé de conseiller les nouveaux, aider ceux qui ont été mal conseillés, et soigner les koi qui peuvent l'être !

14 Mars 2017 - Fabrice Ré - Koï d'Azur